Lettre à mon fils pour ses un an…

Crédit photo : Charlotte Studio

Un an !

 

Voilà un an que tu partages notre vie… Déjà ! Et oui, même si je passe le plus clair de mon temps avec toi, cette année en ta compagnie est passée très, très vite… Tant de découvertes, tant de beaux moments partagés, tant de sentiments nouveaux…

 

Devenir parents…

Nous apprenons chaque jour un peu plus à devenir parents : des parents justes, aimants et protecteurs. Au début, cela ressemble à la PLUS grosse responsabilité de notre vie… et puis, finalement cela coule tout seul. De toute façon, c’est un long parcours de vie, qui cheminera tout au long de notre accompagnement dans ton évolution.

Une année qui ne peut se résumer en quelques lignes

Cette année a été riche en émotions. D’abord, l’attente, l’attente de découvrir ta petite frimousse. Notre rencontre n’a pas été sans embûches et quelques petites frayeurs, mais tout est très vite rentré dans l’ordre.

A partir de là, j’ai appris à te connaître. Ce fût le début d’un parcours qui s’enrichit au fil du temps. Tu grandis avec nous et nous grandissons avec toi.

La première année d’un nouveau-né est tellement riche. Quelle évolution !

Je me souviendrai toujours de ton premier « sourire aux anges », le lendemain de ta naissance. Tu venais de me rejoindre dans ma chambre de maternité, nous terminions la tétée et bien rassasié, endormi, face à moi, tu as fait ton premier « sourire aux anges ». Un moment qui reste à jamais gravé dans ma mémoire.

Des moments à jamais gravés dans ma mémoire !

Des temps forts comme ça, il y en a beaucoup : ton premier cri ; ta toute première tétée quelques heures après ta naissance ; le premier bain que j’ai pu te donner ; notre départ de la maternité ; les siestes sur le canapé où tu étais couché sur moi ; ton premier repas ; ta première baignade dans la piscine ; ta première salopette que j’ai dû t’enlever très rapidement car tu as rempli ta couche trop vite ; notre première ballade sous le soleil printanier ; cet été où on te laissait pendant des heures à regarder le ciel, les arbres et les oiseaux ; ton premier fou rire, le jour où tu as marché à quatre pattes (le jour de mon anniversaire) ; le premier « mama » ; nos voyages et escapades (Biarritz, Perpignan, Gérone, Gênes, Milan, Portofino, etc)…

La liste est bien plus longue mais cela me ferait remplir des pages et des pages. Autant te dire que je t’ai attendu depuis toujours mais je ne pensais pas qu’être mère m’apporterait autant de plénitude, de bonheur.

Comment expliquer ce que je ressens à chaque pas de tes progrès ? C’est indescriptible, hormis de te dire que cela me procure une joie intense, jamais ressentie auparavant.

Tu es tellement fier de toi quand tu fais quelque chose de nouveau… Et cela me rend si fière de toi. Je ne pensais pas pouvoir un jour être autant « gaga » de tes nouvelles prouesses. A croire que, c’est quelque chose que l’on ne comprend pas tant que l’on n’est pas parents… Il faut dire que tu es tellement content de découvrir un peu plus chaque jour ton indépendance !

Un bout de chou plein de vie…

Et puis ta personnalité que l’on découvre, elle se dessine de plus en plus. On adore ta coquinerie, même si on sait qu’un jour on va parfois la regretter. Tu deviens un vrai petit clown ! Ton caractère s’affirme, et quel caractère ! Mais tu restes sage, expressif et tellement mignon. Tu nous fais craquer et tout le monde avec. Tu es curieux depuis tout bébé. Tes grands yeux dévorent le monde depuis tes premiers instants à la maternité et je ne me lasse pas de plonger mon regard dans le tien. Autant d’innocence vous font oublier tous les tracas du quotidien…

Nous venons de souffler ta première bougie, non sans émotions. J’ai eu les larmes aux yeux quand je suis venue te souhaiter un bon anniversaire le matin dans ta chambre. Je ne vais pas te dire que cela a toujours été facile mais au final… on ne retient que les bons moments.

Nous faisons du mieux que nous le pouvons mais il reste qu’être parent n’est pas toujours de tout repos. Et malgré le fait que tu sois sage, il y a des périodes difficiles, quand tu fais les dents, ton caractère, ton impatience, ton opposition à nous, le fait que tu ne veuilles parfois pas dormir alors que tu es fatigué… Et puis, avoir un enfant modifie littéralement la relation entre les parents. Nous avons dû réajuster certaines variables mais tout compte fait la vie à trois a pris son espace et s’est initiée, non sans difficultés, non sans grande facilité, mais dans sa justesse la plus logique. Car ta naissance au final est la chose la plus fabuleuse et la plus naturelle qui nous soit arrivé.

Et la vie en société…

J’ai aussi appris à te confier à d’autres personnes, car au final dans la vie, on fait des enfants pour les éduquer mais aussi les aider à vivre en société de la meilleure des manières. Alors oui, je suis mère poule. Oui, la première séparation a pu être difficile mais je sais qu’elle est nécessaire. Il est aussi nécessaire que tu apprennes à grandir en société et avec d’autres personnes. Et puis, tu as tellement le sens des gens, tu aimes les gens et nous avons voulu développer cette qualité-là très tôt. Alors parfois, avec papa, quand on te laisse à tes grands-parents, à des amis ou la babysitter, on profite des moments à deux, le temps d’une soirée ou de quelques jours en toute confiance car tout le monde t’adore !

 

Cette première année se résume par ta joie de vivre, ta si belle joie de vivre, ton côté clown, et ton sourire indéfectible…

 

 

EnregistrerEnregistrer