PORTRAIT – Hestia : La méthode Konmari par Lou Garcia !

portrait-blablabulles-blog-lou-garcia-methode-konmari

Lou Garcia, créatrice d’Hestia est le genre de personne que l’on n’oublie pas. Depuis les débuts de ce blog, je m’attache à vous faire partager le quotidien de gens passionnés… Dès ma première rencontre avec Lou, j’ai senti sa sensibilité et sa manière de vivre. Ce qui m’a fortement intéressée et surtout touchée, c’est la façon dont elle a rencontré et adopté la méthode Konmari !

La méthode Konmari, une démarche personnelle pour Lou

Hestia est un beau projet que Lou Garcia porte tous les jours mais il prend d’abord sa source par un besoin de renouveau. Renouveau tant au niveau personnel que professionnel. Hestia est la ramification de ces envies et questionnements existentiels.

Plus jeune, Lou se destinait à être comédienne. Vœux qu’elle réalise grâce à des études dans une école de comédie musicale à Barcelone. Elle a également fait l’école professionnelle de Jacques Lecoq. Des écoles prestigieuses pour jouer dans des cabarets et vivre de son travail de comédienne. Le métier de comédienne était une manière « d’aider les gens à sa façon, ils repartent avec une émotion différente ». Quand on discute avec Lou, elle a une présence naturelle qui fait que sa première vocation semble logique. Alors que Lou s’épanouit dans cette vie, elle rencontre son compagnon. Avide de découvertes, le jeune couple part quelques années plus tard à la découverte de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Là-bas, Lou travaille en tant que clown. Le deal, sans en être un, était de revenir à trois. Le vœux de Lou et de son compagnon est exaucé, Lou rentre en France enceinte.

Sa grossesse qui jusque-là se déroulait sans encombres devient compliquée et difficile. Au cinquième mois de grossesse, Lou est alitée à cause d’une MAP (Menace d’accouchement prématuré). Cette période est très difficile pour Lou, d’autant plus qu’elle doit gérer le rachat de la maison de ses grands-parents, le déménagement et l’aménagement. C’est compliqué de gérer une situation de ce genre. Je le sais pour l’avoir vécu… Devoir gérer une déménagement enceinte est très frustrant ! Voir les autres participer au déménagement sans pouvoir faire quoique ce soir, devoir « guider » les autres sans bouger le petit doigt et ne pas pouvoir préparer son petit nid douillet soi-même malgré la reconnaissance que l’on puisse avoir pour sa famille et ses amis. Sa grossesse, Lou la vit donc comme une frustration avec la peur de cette MAP.

Finalement, même avec du repos, la fille de Lou naît un mois et demi en avance. Suite à des contractions non efficaces l’équipe médicale provoque l’accouchement. Lou bénéficie de la péridurale, cependant, la situation ne se débloque pas. Lou fait un malaise lors de la deuxième injection de péridurale. Elle n’est plus en capacité de bouger la moindre partie de son corps mais elle entend tout. Les battements du coeur de sa fille ralentissent, l’obstétricien décide de procéder à une césarienne d’urgence. Lorsque la jeune maman se réveille, sa seule préoccupation est de savoir comment va sa petite fille. Rapidement, une sensation de fortes démangeaisons emplit la jeune femme. Le retour en chambre est difficile pour Lou, sa fille est née prématurément, elle se retrouve en chambre double, la première visite avec ses parents n’est celle qu’elle s’imaginait et dès le lendemain, l’équipe de la maternité lui assène de se lever. La douleur surprend alors Lou. Son corps répond par un évanouissement. Intimement, la jeune maman est persuadée que quelque chose ne va pas. Entre temps, Lou apprend que sa fille n’a aucune séquelle de sa prématurité mais elle ne se sent vraiment pas bien. Après avoir insisté auprès de l’équipe médicale, il est diagnostiqué à Lou une hémorragie interne. A ce moment-là, la décision de l’opérer d’urgence est prise sans attendre. A cet instant, Lou ressent une forte détresse et elle est persuadée qu’elle n’allait jamais se réveiller de cette deuxième opération. En partant au bloc, elle dit à son compagnon en parlant de sa fille : « occupes-t ’en bien ».

Cet épisode marquera à jamais la vie de Lou et ceci se comprend. Elle vit ce que l’on appelle clairement un choc « post-traumatique ». Le retour à la maison ne lui fait pas le bien tant espéré… Elle se sent mal et vit dans une angoisse permanente. Notamment lorsqu’elle doit revenir à l’hôpital, elle fait des énormes crises d’angoisse. A son domicile, elle ne supporte plus l’intérieur et a pour obsession de ranger, ranger, ranger… Au détriment de sa nouvelle relation avec son bébé, pour combler un mal-être grandissant. Se questionnant sur cette condition, Lou achète un livre qui va changer sa vie dont l’auteur est Marie Kondo : La magie du rangement. Lou dévore ce « bouquin » en deux jours et en fera sa bible pour les années à venir, à tel point que Lou souhaite aller au bout de son apprentissage et le transmettre aux autres.

portrait-blablabulles-blog-hestia-lou-garcia-konmari

Un chemin de vie dicté par la méthode Konmari

A l’instant où Lou finit le livre, elle se dit que la méthode Konmari est sa « dernière chance ». Elle structure alors son rangement et fais du tri dans les affaires de grossesse, d’allaitement, elle commence à se débarrasser des affaires de ses grands-parents et trouve une satisfaction qu’elle n’avait alors jamais éprouvée lors de n’importe quel rangement précèdent. Petit à petit, le livre de Marie Kondo la libère de ses « démons »  si j’ose dire ainsi. Au fur et à mesure qu’elle met en ordre sa maison , elle se débarrasse de son mal-être. Grâce à cette méthode, elle retrouve confiance en soi.

Lou se rappelle avec amusement l’anecdote de sa bibliothèque. Elle vit le rangement de sa bibliothèque comme une mise en scène. Les livres s’en retrouvent valorisés. Elle prend du plaisir à la voir comme cela et s’amuse de constater que les invités sont attirés par cette bibliothèque et de la consulter.

Le vrai déclic a lieu lorsque Lou s’attaque à la partie la plus compliquée de la méthode Konmari : l’étape des « objets sentimentaux ». Pour Lou, il s’agit du tri des affaires et costumes lorsqu’elle était comédienne. C’est à ce moment-là, que la jeune femme se redécouvre et accepte ses choix de vie et son destin professionnel. Cette étape lui permet d’admettre que, même si toute sa vie, Lou se voyait comédienne, elle admet qu’elle se sent mieux aujourd’hui même si elle n’est pas comédienne. Ce passage de vie n’est pas un simple développement personnel pour Lou Garcia, alors qu’il peut l’être pour un bon nombre de personne. Mais notre protagoniste veut aller plus loin et se renseigne pour savoir où Marie Kondo forme ses disciples. Dès lors, Lou décide de partir à Chicago pour apprendre cette fameuse méthode.

 Lou souhaite conforter sa position afin de pouvoir proposer en France quelque chose de nouveau qui agit sur la confiance en soi. Son amour pour les gens et pour l’aide qu’elle souhaite leur apporter, la poussent à s’ouvrir professionnellement dans cette optique. Convaincue de l’action de Marie Kondo et de ses bienfaits, Lou devient alors Consultante Konmari certifiée. Lou Garcia arrive même à convaincre son compagnon qui est pourtant très cartésien. Elle a réussi à lui amener son nouveau cheminement de vie par l’humour et son côté clown. Elle s’amuse d’ailleurs à me confier : « il plie presque mieux que moi ».

La clé de la méthode Konmari s’attache à ne garder chez soi que ce qui « met en joie ». Elle se base sur le principe que lorsque l’on range pièce par pièce le désordre est déplacé. Il faut faire un rangement en profondeur qui passe par une grande phase de tri en amont. Cette étape est considérable mais elle permet de ranger une seule fois grâce à un tri méthodique. Lou compare cela à un grand marathon du rangement qui permet ensuite au quotidien de remettre en ordre rapidement puisque chaque objet a sa place.

Hestia pour vous aider avec la méthode Konmari

Dans sa démarche Lou applique donc la méthode suivante. Dans un premier temps, il faut réaliser un tri profond de ses vêtements. L’intérêt est de rassembler l’ensemble de ses vêtements, sur un lit par exemple, et d’exercer une sélection minutieuse. Cette étape est peut-être la plus facile, car il y a des habits que l’on ne porte plus, certains dans lesquels on ne rentre plus, d’autres qui ne nous plaisent plus et puis certains que l’on « surkiffe » ! Les fait de rassembler toutes ses fringues permet « d’avoir une vision d’ensemble » comme l’explique si bien Lou. Ensuite, il faut les catégoriser, par exemple les pantalons avec les pantalons, etc. Ensuite afin de faciliter les choses, il faut fonctionner de la sorte : mettre de côté ce que l’on garde, faire un tas des habits dont on ne sait pas et faire un tas de ceux que l’on ne souhaite pas garder. L’intérêt est d’avoir moins d’affaires, de réaliser un pli qui permet de mieux organiser son armoire ou ses rangements et de tout voir d’un seul et même coup d’œil. L’idée est qu’un objet qui ne se voit pas dans une maison meurt.

Ensuite, il faut réaliser le même tri à travers les prochaines étapes. Grâce au premier rangement effectué avec les vêtements la méthode Konmari est intégrée.

Les objets auxquels il faut alors appliquer ces choix sont :

  • les livres,
  • les papiers,
  • les komono (soit les objets du quotidien),
  • les objets d sentimentaux.

Par exemple, les livres seront alors rangés par thèmes et les komono par catégorie. Ainsi, chaque paire de ciseaux de la maison se retrouveront au même endroit. La technique rescence les objets de manière à décider de leur place. Au fur et à mesure, les choix sont plus clairs et lucides car la méthode est intégrée. Si dans ce marathon du rangement, des objets sentimentaux viennent à jour, il est conseillé de les mettre de côté pour y revenir plus tard.

A travers la création d’Hestia, Lou est devenue consultante. En effet, à la lecture de cet article vous pourriez vous dire que finalement il suffit de lire un livre pour appliquer la méthode Konmari. Seulement, certaines personnes ont réellement besoin d’un accompagnement. Il y a des gens pour qui se débarrasser de certaines affaires est compliqué, cela demande une acquisition progressive, en douceur… En effet, cette démarche peut correspondre à une étape de vie. Elle s’initie d’un besoin personnel et d’une rencontre entre Lou et le protagoniste accompagné.

Quand j’ai rencontré Lou, la façon dont elle en est venue à la méthode Konmari m’a fasciné… Je me suis dit qu’il y avait quelque chose en elle qui a émergé de ce changement. J’ai senti qu’un passage en elle s’’était effectuée presque comme une thérapie, une renaissance. Et à la fin de notre entretien Lou m’a avoué que parmi celles ou ceux qui l’avait interviewés, j’avais été la seule à avoir compris ce qu’il s’était joué en elle et en quoi la méthode Konmari va au-delà d’un simple changement ; mais correspond plus à une mue, une mue de son ancien soi vers son nouveau soi ! D’ailleurs, Lou remarque que ses clients la contactent à une étape souvent phare dans leur vie, ou en corrélation avec une reconversion professionnelle, ou un besoin d’y voir plus clair dans sa vie… C’est l’occasion de faire le vide dans son lieu de vie mais cela influe aussi sur son bien-être… C’est l’occasion de faire le vide dans sa tête. Ce travail peut également s’effectuer dans des périodes difficiles de vie. Il y a une notion de nouveau départ qui se déclenche au fur et à mesure du grand rangement. Le processus n’est pas immédiat, il s’impose petit à petit à travers le corps mais aussi l’esprit. La façon dont Lou Garcia me parle de son travail, j’ai l’impression qu’elle va chercher au plus profond des gens afin de faire émerger en eux un bien-être permanent. La méthode Konmari permet de créer un réel lâcher-prise sur l’entretien de sa maison, de son intérieur… Cela n’empêche que la maison peut retrouver un désordre éphémère. Ceci n’altère en aucun cas le rangement qui a été fait auparavant et bien au contraire la maison peut retrouver son ordre habituel, très vite, car chaque chose a sa place. Lou m’avoue que parfois chez elle, il y a du bazar mais que cela ne la dérange pas dans le sens où elle sait que cela sera vite rangé.

Je garde un doux souvenir de mon entrevue avec Lou. Très vite le feeling est passé et nous nous sommes racontées nos vies. Elle a une sensibilité qui a touché la mienne. C’est d’ailleurs, à mon sens, son empathie et sa manière de laisser la place à l’autre qui font d’elle une parfaite conseillère dans son travail. Ceci se ressent tout de suite. Elle a un côté « psychologue » qui va de pair avec sa profession. Elle s’intéresse d’ailleurs beaucoup à la psychologie, mais finalement ce qui transparaît le plus d’elle, ce qui m’a le plus touché, c’est sa positivité, son enthousiasme, la foi en son métier et sa capacité à « se mettre en joie ».

Pour aller plus loin :

Que faut-il attendre d’un coach en rangement – L’EXPRESS

https://konmari.com