Bulles de pensées

Billet d’humeur – 2021 : l’année du renouveau ?

Les débuts d’année

Et si cette année était synonyme de renouveau, de chemin vers la vérité, de la voie vers une prise de conscience humaine, humanisante et humaniste ?

Je déteste les débuts d’année… Je déteste cette idée de nouvelles et bonnes résolutions. Cette année, beaucoup de gens portent le même espoir de liberté et de monde qui se renouvelle. Mais nombreux sont ceux qui après une année 2020 telle qu’on l’a vécue ne projettent pas de grands espoirs ni résolutions pour cette année à venir. Bref, un peu comme moi et mes débuts d’année quoi ! Alors, j’ai eu soudain l’envie d’écrire pour évacuer ces sensations. 

Qu’est ce qui me fait dire ça ?

En mai-juin, lorsque nous sommes sortis du confinement, j’avais espoir d’un monde meilleur. On avait vu la nature reprendre le dessus, les eaux de Venise s’éclaircir, la faune réapparaitre à des endroits où elle n’osait plus aller, les oiseaux chanter à tue-tête dès le retour du printemps. Alors oui j’étais peut-être utopiste. Quelle prise de conscience espérais-je ? Loin de moi l’idée de la donneuse de leçon, juste une envie de m’exprimer sur mes ressentis. Quelle agression de ressortir dans le monde qui nous entoure ? Le rythme effréné avait repris son cours, la circulation avait de nouveau envahit les villes avec des comportements toujours plus inciviques et dangereux, les gens me poussaient dans les magasins, le télétravail n’était plus franchement la norme alors qu’à mes yeux il est l’avenir (moins de temps dans les transports donc moins de pollution et plus de temps libre, plus d’efficacité, moins de frais, de nouvelles manières de travailler plus efficiente…) et l’individualisme avait repris de sa splendeur ! 

Peut-être étais-je trop utopiste, voire même naïve. Il y a encore des milliers de personnes qui souffrent du Coronavirus dont pour certains l’issue peut être fatale. Alors au lieu d’avoir peur prenons conscience que la vie ne tient qu’à un fil, et que la planète a besoin de nous. Si chacun d’entre nous y participe et y contribue chaque jour, si une prise de conscience collective s’opère, nous montrerons le chemin pour les générations futures. Le problème est que sans faire d’amalgames, ni de généralités je suis sceptique car le comportement des certains me fait froid dans le dos et l’égoïsme ambiant m’exaspère. Un exemple simple qui reflète à mon avis le mal-être de la société est le comportement des automobilistes : toujours plus vite, toujours plus individualiste… J’ai donc été déçue de cet espoir que je portais dans le premier confinement. J’étais peut-être trop dans ma « bulle » de postpartum, avec cette fragilité au fond de moi qui espérait une prise de conscience unanime pour révéler le meilleur de la nature humaine. Et puis l’été est passé, on a pu se retrouver tant bien que mal. 

De notre côté, nous avons déménagé et nous découvrons une nouvelle région. Peut-être que ce renouveau et le fait d’être entourée d’une si belle nature a réveillé en moi cet espoir. Et souvent, je repense à ce que me disais notre kinésiologue perpignanaise : « je fais ce métier car ce sont eux (en parlant des enfants) qui sauveront le monde. Sinon cela ferait un moment que j’aurais arrêté ». Alors j’ai conscience que j’ai une position favorable à cet éveil. Nous n’avons pas été forcément touchés par cette crise sanitaire et financière, dans notre famille proche ou dans nos différents cercles d’amis. De ma place, il peut-être donc facile de porter mes espérances pour une prise de conscience de chacun d’entre nous pour un monde à venir plus humain, respectueux des autres et de la planète. 

Cap sur 2021

2021 : l’année pour voir le verre à moitié plein et non à moitié vide

A mon humble avis, le deuxième confinement a laissé place à une lassitude et un désarroi certain. C’est dans cette forme de découragement que l’on peut ainsi faire preuve de résilience. A cet endroit-là, nous trouvons la force d’avoir foi en l’avenir, de chacun prendre sur soi et de prendre conscience de la période que nous sommes en train de vivre. Que l’on se serve de ces temps compliqués pour prendre du recul sur notre manière d’agir avec les autres, avec nous-mêmes. 

Malgré nous le premier confinement était comme salvateur : il a permis à un bon nombre d’entre nous de faire ce que nous n’avions jamais le temps de faire, de prendre du temps pour soi, de profiter de notre famille, de nous recentrer. Le deuxième confinement est venu se poser comme un effet de chape. Il a débarqué pour étouffer notre liberté retrouvée… Et je porte l’espoir que grâce à cette lassitude bon nombre d’entre nous se seront focalisés sur une introspection personnelle, mais aussi sur leur famille/ami(e)(s) et leur manière d’agir dans la vie. De plus, je trouve que la période des fêtes venant ponctuer ce deuxième confinement, nous a permis de considérer plus fortement le côté précieux de se retrouver, en famille ou entre amis. 

Car au fond, quelles sont les choses les plus importantes, bien au-delà de ce qui nous arrive à tous aujourd’hui : c’est la famille et les amis. L’autre jour, je donnais le bain à ma poupée. Mon aîné prenait la douche en même temps, et en les regardant, je me suis dit que les deux choses les plus importantes dans ma vie étaient là, dans cette pièce qui doit faire 5 ou 6 m(ok, chéri tu en fais partie aussi rassures-toi !) et je les regardais à m’en rassasier le regard de ce bonheur-là. Je touchais du doigt la chance que j’avais que nous soyons en bonne santé et qu’ils grandissent bien. Que pour eux, pour le monde à venir, nous n’avons pas le droit de faillir et que nous devons leur laisser un monde meilleur. Nous ne pouvons continuer de gâcher inlassablement la planète pour eux. Des initiatives naissent de part et d’autre, les réseaux sociaux et les confinements les ont exacerbés. Et c’est tant mieux. Des influenceurs ou des groupes Facebook comme « La collapso heureuse » ouvrent des portes. Alors oui, cette année j’ai de l’espoir, je veux croire en une meilleure vision de l’avenir, un monde dont on change la destinée et que l‘on améliore de jour en jour. Les malveillances et les violences que nous avons pu vivre récemment démontrent une crise plus profonde que celle que nous vivons. Il n’y a qu’à regarder les évènements qui ont eu lieu à la Maison Blanche. De part et d’autre sur cette planète, des phénomènes se passent et doivent nous faire prendre conscience que tout cela est grave et que nous sommes les garants de l’avenir. 

Tirons les leçons de ce qu’il se passe actuellement et portons sur 2021 et sur les années à venir un espoir de renouveau, de changement pour une prise de conscience réelle de chacun d’entre nous, universelle, pour un retour à l’essentiel et un recentrage nécessaire sur l’amour, l’amitié, et les relations aux autres ou à nous-mêmes. Tel des colibris ayons conscience que chacun à notre manière nous pouvons faire chaque jour pour la planète, pour notre semblable, pour notre famille, pour l’avenir. Soyons en paix avec nos faits et gestes et tirons les leçons de 2020. Sans incriminer totalement 2020, car pour nous elle a été fructueuse. Un déménagement, une nouvelle région, des perspectives et surtout un bébé d’amour. Non 2020 n’aura pas eu que du mauvais ! 

Il y aura encore des moments difficiles et le bout du tunnel peut s’avérer loin mais j’espère que nous prendrons le parti de voir le verre à moitié plein et de s’éveiller aux initiatives qui ont lieu depuis quelques années déjà mais que la situation actuelle a permis de décupler. Contemplons-les et participons-y (que ce soit dans notre manière d’éduquer nos enfants, que ce soit dans nos rapports à l’autre, que ce soit dans notre manière d’agir, que ce soit dans nos choix, que ce soit dans notre alimentation, que ce soit dans nos engagements, etc.). J’ai envie de voir 2021 comme cela. Chacun à notre manière nous portons l’avenir et son façonnement. A vous de jouer, à nous de jouer, j’ai confiance !

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.